Catégorie : Itinéraire culturel européen

Itinéraire culturel européen

La définition des chemins de Compostelle comme premier Itinéraire culturel européen a pour origine une demande adressée en mai 1982 au Conseil de l’Europe par une associations galicienne Los amigos de los Pazos (Les amis des châteaux). En 1984, après avis de la commission de la Culture, le Conseil a recommandé aux Etats membres d’élargir cette perspective à d’autres itinéraires internationaux de pèlerinage. Sous la pression de l’Espagne, bien représentée au Conseil, et du lobbying orchestré par les associations créées en France, Allemagne, Italie, Belgique, Angleterre, la décision finale prise en 1987 n’a concerné que les chemins de Compostelle. Cadeau politique fait à l’Espagne, entrée depuis peu dans l’Europe politique après des années de bannissement. Pourtant, un autre Itinéraire culturel, plus proche des populations, avait déjà été défini, celui de l’habitat rural dans la Grande région, constituée de territoires des quatre pays européens entourant le Luxembourg. Cet itinéraire rural a été oublié au profit d’un projet plus politique. Les itinéraires culturels Une décision pour l’Espagne 1982-1987, vers l’Itinéraire culturel 30 Avr, 2017 | Itinéraire culturel européen, Une décision pour l'espagne Une demande de l’Espagne L’Itinéraire culturel européen a pour origine une demande adressée en mai 1982 au Conseil de l'Europe par une associations galicienne Los amigos de los Pazos (Les amis des châteaux). Cette association  elle menait une campagne en faveur...

Lire plus

1982-1987, vers l’Itinéraire culturel

Une demande de l’Espagne L’Itinéraire culturel européen a pour origine une demande adressée en mai 1982 au Conseil de l’Europe par une associations galicienne Los amigos de los Pazos (Les amis des châteaux). Cette association  elle menait une campagne en faveur de Compostelle et de son chemin depuis 1980. Des justifications exagérées Los Amigos de los Pazos, estimant que le Chemin de Saint-Jacques revêt une dimension internationale et constitue un bien commun à tous les Européens car il fait partie de leur patrimoine artistique et religieux, constitue un moyen de communication entre tous les peuples d’Europe et occupe même d’importantes pages de leur histoire, s’adressent à vous [… pour permettre …] après l’élaboration d’un rapport sur ce sujet, son examen en séance plénière par l’Assemblée. Les demandes Reconnaître le Chemin de Saint-Jacques comme un « bien culturel commun de l’Europe » en raison de la richesse de son patrimoine artistique des valeurs spirituelles qu’il incarne et du fait qu’il a constitué un des premiers éléments de communication entre les peuples d’Europe ; Recommander aux Etats membres de procéder à la restauration des monuments jalonnant le chemin qui le nécessitent ; Recommander aux Etats membres d’encourager la réalisation d’études et de recherches consacrées au Chemin de Saint-Jacques et la diffusion des valeurs qu’il incarne. Avis de la commission de la Culture En 1984, après étude de la demande de l’Espagne par la...

Lire plus

La naissance des chemins en France

Une idée née au XIXe siècle De l’édition d’un manuscrit du XIIe siècle L’idée de l’existence de chemins de Compostelle en France et au-delà est née de l’édition en 1882 du dernier Livre du Codex calixtinus. Ce Livre commence en effet par les mots  » Quatre chemins conduisent à Compostelle « . Il désigne quatre villes de la grande Aquitaine par lesquelles passent ces chemins : Tours, Vézelay, Le Puy et Arles et indique très sommairement des itinéraires en mentionnant des sanctuaires sur chacune de ces routes. Le XIXe siècle avait redécouvert les pèlerinage avec les apparitions de la Vierge. Il avait aussi réinventé le Moyen Age et idéalisé les  » pieux pèlerins médiévaux  » devenus des modèles dans une société en voie de déchristianisation. Etait-il le guide des pèlerins médiévaux ? Edité au moment où les guides pour les touristes prenaient leur essor, une question se posa d’emblée aux érudits qui l’eurent en mains : ce Livre pouvait-il avoir été le guide des pèlerins médiévaux ? Pour y répondre, ils auraient dû au moins étudier sa diffusion. Qui avait pu connaître ce Livre et comment ? Quels pèlerins médiévaux pouvaient en avoir eu connaissance ? Si incroyable que cela paraisse aujourd’hui, personne ne songea à faire la moindre étude Sans hésitation tous se rallièrent à une réponse affirmative. Il s’agissait bien du guide des pèlerins, apportant de nombreuses informations sur...

Lire plus