Itinéraire culturel européen

La définition des chemins de Compostelle comme premier Itinéraire culturel européen a pour origine une demande adressée en mai 1982 au Conseil de l’Europe par une associations galicienne Los amigos de los Pazos (Les amis des châteaux). En 1984, après avis de la commission de la Culture, le Conseil a recommandé aux Etats membres d’élargir cette perspective à d’autres itinéraires internationaux de pèlerinage. Sous la pression de l’Espagne, bien représentée au Conseil, et du lobbying orchestré par les associations créées en France, Allemagne, Italie, Belgique, Angleterre, la décision finale prise en 1987 n’a concerné que les chemins de Compostelle. Cadeau politique fait à l’Espagne, entrée depuis peu dans l’Europe politique après des années de bannissement. Pourtant, un autre Itinéraire culturel, plus proche des populations, avait déjà été défini, celui de l’habitat rural dans la Grande région, constituée de territoires des quatre pays européens entourant le Luxembourg. Cet itinéraire rural a été oublié au profit d’un projet plus politique.

Les itinéraires culturels

Une décision pour l’Espagne